Paris Cathédrale

Là, c’est le Cœur de la France qui brûle.

Il est temps de nous Aimer.

Il est temps pour nous de savoir Pardonner,

le temps pour nous de donner ce qui nous reste de Cœur.

Là, c’est le Cœur de la France qui brûle.

Nos larmes réunies n’ apaiseront pas ce Feu.

Mais que cela puisse nous enflammer et de nous demander:

Bon Sang, j’ai décidé de vivre dans ce Pays:

est-ce que je l’aime?

Là, c’est le Cœur de la France qui s’effondre.

Que reste-t-il de nos Cœurs?

Un musicien pas né ici. Triste.

#paris #cathédrale #cathédralenotredamedeparis #notredamedeparis

Publicités

Ballet Paris Opera Class avec Touve

Comment un peu de culot peut nous sauver la Vie entière.

www.pianoballetclass.com

Je m’ adresse au milieu de la Danse Classique mais, je vous en prie, si jamais vous connaissez des pianistes, quoique cela soit leur ambition dans le métier, PARTAGEZ ces histoires. 

Si on a le maximum de musiciens qui s’intéressent à “nos histoires de Danseurs”, plus on aura la chance d’ avoir des pianistes accompagnateurs engagés, qui aiment ce métier, et cela fera monter le niveau de tout le monde, alors des Conservatoires et Ecoles de Danse dans les Départements loin des métropoles pourraient avoir des pianistes accompagnateurs de talent.

Alors, voilà une petite histoire, une histoire de CULOT.

Je vous ai raconté dans ma première vidéo, que pour rester “pianiste remplaçant du Ballet de l’ Opéra de Paris”, j’ai dû passer un Concours chaque année, cela durant 6 ans,  avant l’ouverture d’un poste titulaire .

A mon premier Concours, j’allais avoir la honte sans le secours d’une idée flash d’une grande Danseuse Etoile, une artiste de référence (c’ est elle qui possède les droits du Ballet “Etude, de Harald Lander”. 

Son nom est Josette Amiel à qui je dois beaucoup : sans elle, je ne serais pas resté longtemps à l’ Opéra. 

Tout en m’enseignant les bases, elle m’a toujours défendu. MERCI, Josette Amiel

Voici l’ histoire de ce premier Concours :

Il fallait donc accompagner une Classe, puis “jouer un morceau de Piano”. 

Et l’ aubaine, c’est que ce morceau n’ était pas un morceau imposé pour cette-fois là.

Or, vous savez que je n’ai jamais fait d’ étude de Piano. 

J’ étais en Conservatoire d’ Orgue. La technique du Piano est complètement différente de celle de  l’ Orgue. 

Pour ainsi dire : je n’avais pas beaucoup les moyens “physiques” de m’ épancher devant un clavier de 88 notes, de 7 octaves et de 3 notes.

En Orgue, on peut avoir plusieurs claviers superposés, mais seulement avec 4 (quatre!) octaves et 4 à 5 notes en plus selon les orgues: les épaules et les coudes sont souvent serrés au tronc du corps. Le corps est étriqué.

Au piano, on peut rester très grand ouvert, avec les bras à la seconde d’une façon très exagérée. 

Disons, j’avais vite le vertige devant un clavier de Piano.

Ok, quand j’ étais plus jeune, à Madagascar, j’aimais beaucoup déjà Chopin, alors je faisais mes arrangements sur notre Harmonium à 2 Claviers et un Pédalier (comme un Orgue): ce sont des versions qui me paraissaient périlleuses  à présenter à ‘ Opéra de Paris.

Alors, j’ ai cherché dans le répertoire du Ballet, et j’ai trouvé une merveille : une musique de Edouard Lalo, LA SIESTE, du Ballet Suite en Blanc de Serge Lifar.

En gros, la partition était fichue n’une manière qui m’ arrangeait beaucoup : à la main gauche on avait quelques notes, toujours avec le même rythme, assez statique, très sécurisant : cela ne change pas beaucoup. 

A la main droite ,  une jolie mélodie qui se répétait tout le temps…. enfin, c’est assez monotone, assez soporiphique qui invite vraiment à une très bonne sieste.

Sauf qu’il s’est passé une chose d’ extraordinaire pendant mon passage à ce Concours.

Après m’ être pas mal défendu pour l’ accompagnement de la Classe, ces honorables jurys s’ apprêtaient à écouter mon “morceau choisi de Piano”.

Avec beaucoup de Foi, j’ ai entamé ma Sieste..

Je n’ai pas fait huit mesures et : DRIIIIIIIIIIING! Le Chef de Chant de l’ époque, Monsieur Dardanelle, a sonné la cloche en me criant dessus : 

-“MOOOOSSSIEUUUR! Vous ne pouvez pas nous jouer autre chose qu’une musique de Ballet?”

-“………” (je suis tétanisé)

Et là, mon Ange intervient, Josette Amiel se lève et dit

– “Monsieur Touvéééééé! (c’est bizarre, c’est la seule personne au monde qui m’appelle comme ça), Monsieur Touvé, vous qui jouez dans les Eglises, jouez nous du Bach!”

Sauf que : ok, j’ en connaissais un peu mais c’ étaient les “Chorals du Petit Livre d’ Orgue (Orgelbüchlein) que de la même manière, je jouais à Madagascar sur notre Harmonium de fortune.

Et, là, après l’ Ange, c’ était la Voix du CULOT qui m’a interpellé.

J’ ai respiré, et sans vergogne, j’ai commencé à  à arranger, à composer une espèce de soupe à la Bach inspiré d’une de ces  Chorals. 

Ces Chorals font 2 à 3mn, j’ en ai fait une Fantaisie de 10mn, à l’aise, le doigt dans le nez.

Et sachez : personne n’y a vu que du feu et J’ AI EU MON CONCOURS! Oui.

Alors voilà, dans tout ce qu’on fait, il semble que si l’on y croit vraiment, les choses deviennent réelles.

Mais sans mon Ange, Josette Amiel, je n’aurai pas pu aller plus loin  🙂

Bien à Vous.

#balletclass

#musiquededanse

#balletdancers

#balletdancer

#pianoballetclass

#ecolededanse

#artisteduballet

#classicaldance

#musicforballetclass

#balletschool

#operadeparis

#parisopera

#balletteacher

#balletscholarship

#ballet

#balleto

#ballets

#balletlover

#balletlovers

#balletinspiration

#balletstudio

#classicalballet

#balletdance

#parisoperaballet

#piano

#pianiste

#orgue

#organiste

Ballet Paris Opera Class avec Touve

3 manières parmi tant d’ autres pour énoncer un “2 temps” afin de developper une richesse rythmique de la musique d’ accompagnement d’un exercice.

www.pianoballetclass.com

Bonjour.

Permettez-moi de m’ adresser à tout les  Professeurs de Danse Classique , à ceux qui préparent leur Diplôme d’ Etat et  aussi, j’ attire l’ attention des étudiants pianistes à qui j’ai envie de partager le côté créatif du métier de l’ accompagnateur de danse classique.

N’ avez vous pas remarqué que souvent, en Cours de Danse, on se laisse accompagner par des musiques qui conviennent plus ou moins, mais, qui au fond, ne satisfait pas au millimètre près les pas?

Et que par sécurité, on demande souvent “la même musique” afin de sécuriser la bonne tenue du cours et de ne pas “se battre” avec son accompagnateur?

Alors, surveillez la Page Facebook pianoballetclass : pour Mardi prochain, je vais vous préparer une Vidéo de 15mn où, devant un piano, je vais prendre le temps de vous développer la richesse que peut cacher un simple “2 temps” ou “3 temps” que nous utilisons d’une façon assez conventionnelle en Cours.

Ce Mardi, je vais commencer par 3 manière d’énoncer les “2 temps”… et sachez qu’on va en découvrir d’ autres.

Mon apport ne sera pas un apport “théorique” pour vous faire un “cours de musique”  sur la Sarabande, la Polka ou la Polonaise … NON.

Je vous proposerai une méthode née de 30 ans d’ expérience de l’ accompagnement avec des Professeurs du monde entier, enrichie de mon expérience avec tous les genres de musique avec lesquels je suis à l’ aise : l’ Orgue Classique, l’ electro, le Gospel, le Jazz, le Rock…

Ma méthode va vous donner un notion INTUITIVE et libère beaucoup deux situations frustrantes lors d’ un Cours :

1° Un professeur qui se laisse accompagner bon malgré soi par une musique approximative qui convient plus ou moins aux pas.

2° Le ou la pianiste qui joue d’une façon presque “frustrée” car il/elle  a envie d’ exprimer son côté “musicien” alors que les données l’en empêche .

Cette situation génère une vraie frustration après un exercice: personne n’est à 100% satisfait.

Et oh, combien nous savons il a de nombre d’ exercices lors d’ un cours.

 Or il y a une clé pour que l’on se sente  “libéré” de chaque côté, celui du professeur et celui du pianiste, à chaque fin d’ exercice.

C’ est une simple question  d’ énoncé. Une simple manière d’ énoncer les choses.

Pas besoin de se prendre la tête pour une demande à référence théorique pour une musique, mais LAISSER COURIR LA CREATIVITE de la DANSE et aussi LA CREATIVITE DE LA MUSIQUE.

D’ une façon très simple et intuitif, je vais vous ouvrir aux milliers de variétés de rythmes que la… Nature nous offre!!

Partagez ce message à des Pianistes Etudiants, pour l’ Amour de la Danse Classique.

Alors, à Jeudi.

Amitiés.

IMG_3057

#balletclass

#musiquededanse

#balletdancers

#balletdancer

#pianoballetclass

#ecolededanse

#artisteduballet

#classicaldance

#musicforballetclass

#balletschool

#operadeparis

#parisopera

#balletteacher

#balletscholarship

#ballet

#balleto

#ballets

#balletlover

#balletlovers

#balletinspiration

#balletstudio

#classicalballet

#balletdance

#parisoperaballet

#marre

#milieu

#pointe

#jambealabarre

#pianiste

Ballet Paris Opera Class et Touve art.1

Blog1Touveescalier

Comment se battre et ne penser qu’à servir la musique pour la musique, aimer mon métier d’accompagnateur de cours de danse classique au sein du Corps du Ballet de l’ Opera de Paris.

www.pianoballetclass.com

CECI EST UN CONTE MAIS UNE HISTOIRE VRAIE.

Il était une fois un petit jeune Homme-Chocolat tout frisé avec des grosses lunettes. HEUREUX.

Il venait d’une planète où la terre était rouge, les hommes insouciants dont la préoccupation première était d’aller bla-bla-ter aux marchés après avoir emprunté à pied des chemins parfumés d’ eucalyptus et d’ ylang ylang.

En ce temps-là, il y a à peine six ans qu’il est arrivé sur cette nouvelle planète où la préoccupation première des hommes étaient de se cultiver et gagner beaucoup d’ argent après avoir beaucoup lu, beaucoup appris, avoir eu beaucoup de diplômes: des hommes et des femmes à références.

Cette planète étaient composée de beaucoup, beaucoup d’ autres planètes, chacune avec leurs PROPRES ETOILES.

Cette planète est Artise en matière de pâtisserie et notre Homme Chocolat y a découvert avec volupté les  les moelleux, les éclairs au chocolat et les OPERAS.

Un jour, notre petit-homme Chocolat était invité à déjeuner avec de très bons Chocolats Eclairs.

Les Chocolats-Eclairs allaient se réunir autour de l’ Eglise de la Madeleine : ils sont de la PLANETE DES ORGUES dont l’ étoile était bien-sûr l’ organiste de la Madeleine : une Madeleine autour de Chocolats Eclairs.

Oh! Chose forte aisée dirons-nous car notre petit Homme-Chocolat était en devenir d’ être un Homme-Chocolat-Blanc : 

il a son Premier Prix d’ Orgue de Conservatoire, il a intégré la PLANETE des ORGUES et surtout, comme il était déjà tout jeune Pianiste à l’ Opéra de Paris, il a donc intégré la PLANETE OPERA avec SES PROPRES ETOILES.

Vous pouvez vérifier sa cuisine actuelle : le pianoballetclass

La planète des orgues était une très belle planète qui ne jurait que pour la musique française, la musique de l’ orgue et les orgues françaises. 

Sincèrement : notre petit chocolat ADMIRAIT cette planète et y trouvait beaucoup de matière à apprendre et de nouvelles belles choses à connaître.

Notre bonhomme a atterrit un peu tard au restaurant, car il terminait son service sur son propre orgue où il n’ était pas encore nommé Madeleine.

En arrivant, un vrai Monsieur, un gros gâteau, avec une grade de Général, qui connaissait beaucoup la musique, était déjà là, assis , et, le toisant avec sa moumoute (oui) – non pas, moustache, qui aurait fait meilleure impression pour un Général-, il s’ est exclamé :

– Ah! Vous ici???

– Oui mon Général. La Madeleine m’a invité.

– Ah! Et qu’ est ce que vous faîtes maintenant?

– Je suis Organiste à Saint-Eugène (un Saint qui n’est pas pâtissier) et je suis aussi Pianiste à l’ Opéra de Paris.

– Comment ça!!! à l’ OPERA DE PARIS?

– Oui, mon Général.

– Mais comment vous avec fait???

– J’ ai passé un concours mon Général.

– Oui mais : il y avait bien eu d’ autres personnes comme vous, 500 ou 1000 qui ont passé le Concours?

– Oui mon Général.

– Alors COMMENT VOUS AVEZ FAIT ?????

– …

J’ ai dû presque crier :

– J’ ai PASSE le CONCOURS mon Général,  et JE L’AI EU! (le mot p… ou m… resonnait fort de tout mon coprs)

Notre petit homme Chocolat-à peine-Blanc, n’ avait plus faim. Il doit peaufiner son style de pianoballetclass.

Il savait que cela allait être dur, il savait qu’ il y aura encore beaucoup de chemin à faire.

Par ailleurs, une chose est très curieuse : cette clique d’ organistes  était ennemie d’autres cliques, dont, par exemple , le celle d’ organistes brillants autour de JEAN-GUILLOU (Saint-Eustache) que notre bonhomme Chocolat admirait en secret.

Oh! Un chocolat peut SE FONDRE FACILE. Un Chocolat est toujours bon.

Notre petit-homme a emporté des épices secrets venant de son pays de poivres et de piments.

Notre petit homme AIME PROFONDEMENT La France et sa Culture. Mais il aura encore beaucoup, beaucoup de travail.

Il sera un CHOCOLAT-BLANC… peu importe.

Mais son avenir est certain : la PLANETE OPERA le protège beaucoup et ses ETOILES sont merveilleuses. En classe, pour la Barre, notre pianiste accompagnateur est riche en magnesium pour apporter l’ apaisement et la pêche  pour leur journée.

A L’ OPERA DE PARIS?

On s’y laisse emporter par les rêves dans ses propres rêves tout en rêvant que ceci n’est qu’un rêve.

visitez www.pianoballetclass.com

 

 

Rester un musicien évéillé derrière les barres…

le site https://www.pianoclassballet.com est mon site dédié à l’accompagnement musical des Cours de danse classique.

 

Salut à vous tous et pardonnez-moi car je ne sais même pas sur quelle page atterrira cet article : je ne sais pas pourquoi j’ ai TROIS pages de FB… Je n’ en demande pas tant. 

 

Surtout, bonne rentrée à vous tous, chacun dans vos domaines et je vous souhaite le boost de vos passions que cela soit au travail, que cela soit dans les hobbies.

 

Nous avons eu 5 semaines off à l’ Opéra de Paris. Je ne suis pas “parti en vacances” en gardant mes responsabilités comme Organiste et surtout je voulais consacrer du temps pour étudier mon nouveau système de M.A.O. (musique assistée par ordinateur) pour l’ appliquer dans mes nouvelles compositions, et ce, avec mes projets avec le réalisateur Thomas Grascoeur et un projet personnel qui va me prendre peut-être toute l’ année.

 

Mais revenons à nos danses…

 

J’ avais assez peur de cette “reprise” à cause du “changement d’ énergie” et surtout je ne sais quel effet aura ces “rumeurs” à quatre sous circulant autour de la compagnie l’ année dernière.

 

Ici, je parle de la musique et de l’ accompagnement des Cours de Danse au sein du Ballet.

 

Et vous savez-quoi?

 

CETTE RENTREE EST SUPERBE POUR MOI.

 

Car moi-même, j’ ai changé.

 

Je reconnais mon défaut éternel sur le sujet que “je ne joue pas le répertoire”. C’ est une rengaine mais qui ne m’ empêche pas de faire au mieux mon travail.

Cela étant, je “fatiguais” très vite l’ année dernière à force de vouloir être toujours “sur la créativité”.

 

Sincèrement, c’ est du pur égo. J’ ai eu un échange avec Mathieu Ganio sur le sujet et sur le ton de la blague, j’ étais en train de me demander si ce ne serait pas moins fatiguant pour moi si je ne jouais que du répertoire, et… basta. Mathieu, il ma dit que ce serait un BON compromis.

 

Cela a muri cet été et vous savez quoi? A cette rentrée, je viens de changer mon fusil d’épaule aux cours. 

Je viens de faire une série de 11 cours pour cette rentrée où à chaque fois je me suis éclaté comme un enfant!!!

 

C’ est tout simple : j’ ai “simplifié” toutes mes musiques. En terme de danse, vous dîtes “faire des musiques carrées”. En plus, Aurélie Dupont nous l’avait réclamé et nous demande de ne pas trop rentrer dans nos délires car cela perturbe la concentration du danseur.

 

En terme musical, nous disons : faire de la “tonique/dominante” et même je fais usage des “pédales de dominante” ou des “pédales de tonique”. On utilise que les 3 degrés de la musique (I, IV et V avec le V/I dite” la cadence parfaite”. Heureusement que j’ai une certaine facilité de transposition dans tous les tons et la notion des tons relatifs car sinon… bonjour vos oreilles (de la monotonie que cela peut engendrer).

 

En gros, sans vraiment faire du répertoire, je me rapproche du style de ma collègue Christine Clément, une femme très robuste et efficace, pour qui j’ai beaucoup de reconnaissance car elle m’a filé beaucoup de partitions très pratiques, mais je fais attention à garder une certaine fraîcheur et quelque chose de joyeuse, étant moi-même un gai luron.

 

Par ailleurs, j’avais toujours eu “la haine” contre ces “changements de tempo” au cours des mêmes exercices. Mais je viens de trouver la clé : il “suffit” de jouer dans un style un peu “cliché de ballet romantique” et le tour est.. joué!!!

 

Enfin, une chose reste ancrée dans mon esprit quand Mathieu GANIO m’ a dit un jour “Touve, tu ne respires pas..”. Très curieuse comme réflexion pour moi, car j’ ai l’ impression de le faire tout naturellement.

 

Or, en avril,  j’ai passé 2 jours extraordinaires à Rome pour un concert privé où j’ai travaillé avec la star violoniste Nemanja Radulovic. Il a accepté qu’on joue Czardas à “ma” manière (c’est à dire entre le jazz et le malgache (et non pas “entre le jazz et la java 🙂 . 

 

Sauf que, à certains passages ils m’a demandé de faire d’une certaine manière dont j’ai eu beaucoup de mal.

Alors, il m’a dit.. en dansant.. : c’est un “truc de danse  tzigane”. Et là… et alors là.. Les réflexions de Mathieu Ganio mes sont revenues à l’ esprit et il me semble que j’ ai compris le truc.

 

En terme musical, c’est presque un ajout de “valeur ajoutée” en fin de phrase musicale. Si c’est mal fait, la musique est “saucissonnée”. Si c’est bien fait, la musique… respire tout simplement.

 

Alors là, ayant compris tout cela, je vous assure.. je prends mon pied en accompagnant les cours en ce moment à défaut de déposer mes jambes à la barre.

 

 

Gershwin vu par Touve R.Ratovondrahety

Touve 25

La nouvelle oeuvre musicale de Touve R.Ratovondrahety, composée à partir des thèmes de George Gershwin (1898-1937) sera donnée dans le palace parisien « The Peninsula » où Gershwin a résidé pour composer son fameux poème symphonique « Un Américain à Paris » (1920). Cette pièce a inspiré le réalisateur Vicente Minnelli pour son film musical qui porte le même nom, interprété par Jane Kelly, Leslie Caron, Oscar Levant et Georges Guétary.

Le « Gershwin vu par Touve R.Ratovondrahety » sera interprété par le Quatuor Parisii, les chanteurs Floriane Jourdain, Vivien Simon et Vincent Vogt. Touve R.R. sera au piano.

Gershwin vu Par Touve R.R