Gershwin vu par Touve R.Ratovondrahety

Touve 25

La nouvelle oeuvre musicale de Touve R.Ratovondrahety, composée à partir des thèmes de George Gershwin (1898-1937) sera donnée dans le palace parisien « The Peninsula » où Gershwin a résidé pour composer son fameux poème symphonique « Un Américain à Paris » (1920). Cette pièce a inspiré le réalisateur Vicente Minnelli pour son film musical qui porte le même nom, interprété par Jane Kelly, Leslie Caron, Oscar Levant et Georges Guétary.

Le « Gershwin vu par Touve R.Ratovondrahety » sera interprété par le Quatuor Parisii, les chanteurs Floriane Jourdain, Vivien Simon et Vincent Vogt. Touve R.R. sera au piano.

Gershwin vu Par Touve R.R

Création mondiale

CREATION MONDIALE d’ une oeuvre de Touve R.Ratovondrahety

Mercredi 10 Octobre 2012, Duomo San Marco, Pordenone, 20h30

(Italie, Aéroport de Venise Marco Polo)

Oeuvre pour Choeur, cuivres, percussions, voix d’enfants et violoncelle solo, pour l’accompagnement du film La passion de Jeanne d’Arc e C.T. Dreyer (1928)

Festival international Le Giornate del Cinema Muto 

Direttore del coro/Choir Director: Roberto Spremulli

Violoncello: Giuseppe Barutti

Organo/organ: Andrea Tomasi

Presidente Società Musicale San Marco: Alessandra Montini Natalucci

Voce bianca/Treble voices/children’s choir: Veronika Neucebauer, Irene Callegaro

Image

I feel it is presumptuous to create yet another new musical accompaniment for Dreyer’s masterpiece, which has already inspired so many.

I am fortunate to have lived for eight years in Orléans, where the Festival of Jeanne d’Arc is a much-loved annual event, splendidly celebrated each May.

Moreover, the “Solennité de Jeanne d’Arc” is always an exceptional annual liturgy in the Paris church in which I now work: all this has determined the atmosphere and the choice of text which is the major difficulty in this project.

The text is in Latin. The advantage is that the non-latinist spectator is not obliged to give a meaning to the texts, but the imagination, fed by what is seen on the screen, can invent, thanks to the particular resonance of the Latin words: the aim is not to interfere with the “words” of the film.

For instance, extracts from the proper (French, propre) of the Messe de Jeanne d’Arc are here preceded by Ecce sacerdos magnus (the text for the reception of a priest).

Curiously, we can readily associate the second part of this text with Joan herself: “Amavit eum Dominus & ornavit eum stolam gloriae induit eum, & testamentum suum super caput ejus confirmavit.” (The Lord loved him/her and dressed him/her with garments of glory, and confirmed his covenant on his/her head.) Which follows an earlier declaration by the High Priest: “Ecce sacerdos magnus quem Dominus elegit sibi ad sacrificandum ei hostiam laudis.” (Behold the High Priest whom the Lord has chosen to sacrifice to him the host of praise.)

What guides this composition is the movement of the film. It is a film of movement in two senses of the word : the first, “movement” of its subject, the second, “movement” of its own esthetic. When the protagonists are still, the camera moves. When the camera is static, the protagonists are in movement…

 This results in a distinctive rhythm which is not far removed from the rhythm required to accompany dance, specifically the Pavane – sometimes seen as a dance of death.

 

For symbolic purposes, I use Gregorian themes: the Pater Noster, Dies Irae, Tantum Ergo and the Agnus Dei from the Requiem Mass. I use direct quotations from modern works which seem to me to capture certain crucial moments of the film: a bar of Stravinsky’s Symphonie des Psaumes (when Jeanne is refused the Eucharist) and seven bars of Gustav Mahler’s 8thSymphony (when Jeanne falls into the trap of the promise of a letter from the King). Finally I use in their entirety, but with a new harmonization, three verses of La Cantique à Sainte Jeanne d’Arc (Concordent nostri caelica) by Monseigneur Foucault, for the eventual arrival of the communion for Jeanne; and for the end of the film, Marcel Laurent’s Hymne à l’étendard (which accompanies the festival in Orléans every 7th May), in instrumental version but with the addition of two bars for the choir with the words CRUCEM SUAM, which sums up my personal interpretation of Dreyer’s film.

I would like to dedicate this work to David Robinson and to Henri de Villiers (Master of the Chapel of Saint-Eugène Sainte Cécile, Paris), and to all my friends in Orléans, where I spent my years of study in the Conservatoire. 

Touve R. Ratovondrahety

(traduction, David Robinson)

Composition musicale pour le film «  La Passion de Jeanne d’ Arc » de Dreyer

 Il me semble présomptueux de créer encore une nouvelle musique sur ce chef d’ œuvre de Dreyer qui a déjà inspiré plus d’un.

 C’est une chance d’ avoir vécu 8 ans à Orléans où la Fête de Jeanne d’ Arc est populaire, annuellement célébrée somptueusement au mois de Mai.

Par ailleurs, la « Solennité de Jeanne d’ Arc » est toujours une liturgie exceptionnelle et annuelle dans l’ Église où je travaille: tout cela détermine une ambiance et le choix du texte qui est la difficulté majeure dans ce projet.a

 Le texte est en latin: l avantage est que l’auditeur non latiniste n’est pas obligé d’y donner un sens mais son imagination, alimentée par les propos du film, peut en inventer grâce à la résonance particulière des mots en latin: le but est de ne pas interférer avec les « paroles » du film.

 

Par exemple, des extraits du « propre » (it.: proprio, eng.: proper) de la Messe de Jeanne d’ Arc est ici précédé du Ecce sacérdos magnus (texte dédié pour la réception d’un évêque).

 

Curieusement, on peut attribuer à Jeanne la seconde partie de ce texte: « Amavit eum Dominus & ornavit eum stolam gloriae induit eum, & testamentum suum super caput ejus confirmavit »

(Le Seigneur l’a aimé(e) et l’a orné(e) en le (la) revêtant du vêtement de la gloire, et il a confirmé son alliance sur sa tête.). Qui suit une première partie, pour le Grand Prêtre qui juge:

« Ecce Sacérdos magnus quem Dominus élegit sibi ad sacrificandum ei hostiam laudis »

(Voici le grand Prêtre que le Seigneur s’est choisit pour qu’il lui sacrifie l’ hostie de louange)

Ce qui est entraînant pour cette composition, c’est le mouvement du film.

C’est un film « mouvementé » dans deux sens du terme:

de un, « mouvementé » de par son sujet, de deux, de par son esthétique même : quand les protagonistes sont statiques, la caméra bouge. Quand la caméra est statique, les protagonistes sont en mouvement… de là dégage un certain rythme, qui n’est pas tant éloigné de ce dont a besoin un accompagnateur de danse: la Pavane, qui est un rythme de cortège, me semble ici très appropriée 

La Cantique à Sainte Jeanne d’ Arc de Monseigneur Foucault et l’ hymne A l’ étendard, paroles de Monseigneur Vié, musique de Marcel Laurent, qui accompagne la fête touts les 7 Mai à Orléans, seront ajoutés à ce travail.

Je dédie ce travail à David Robinson, à Henri de Villiers (Maître de Chapelle de Saint-Eugène Sainte Cécile à Paris), et à tous mes amis d’ Orléans où j’ai fais mes années de conservatoire de musique.

Composition musicale pour le film «  La Passion de Jeanne d’ Arc » de Dreyer

Il me semble présomptueux de créer encore une nouvelle musique sur ce chef d’ œuvre de Dreyer qui a déjà inspiré plus d’un.

C’est une chance d’ avoir vécu 8 ans à Orléans où la Fête de Jeanne d’ Arc est populaire, annuellement célébrée somptueusement au mois de Mai.

Par ailleurs, la « Solennité de Jeanne d’ Arc » est toujours une liturgie exceptionnelle et annuelle dans l’ Église où je travaille: tout cela détermine une ambiance et le choix du texte qui est la difficulté majeure dans ce projet.a

Le texte est en latin: l avantage est que l’auditeur non latiniste n’est pas obligé d’y donner un sens mais son imagination, alimentée par les propos du film, peut en inventer grâce à la résonance particulière des mots en latin: le but est de ne pas interférer avec les « paroles » du film.

Par exemple, des extraits du « propre » (it.: proprio, eng.: proper) de la Messe de Jeanne d’ Arc est ici précédé du Ecce sacérdos magnus (texte dédié pour la réception d’un prêtre).

Curieusement, on peut attribuer à Jeanne la seconde partie de ce texte: « Amavit eum Dominus & ornavit eum stolam gloriae induit eum, & testamentum suum super caput ejus confirmavit »

(Le Seigneur l’a aimé(e) et l’a orné(e) en le (la) revêtant du vêtement de la gloire, et il a confirmé son alliance sur sa tête.). Qui suit une première partie, pour le Grand Prêtre qui juge:

« Ecce Sacérdos magnus quem Dominus élegit sibi ad sacrificandum ei hostiam laudis »

(Voici le grand Prêtre que le Seigneur s’est choisit pour qu’il lui sacrifie l’ hostie de louange)

Ce qui est entraînant pour cette composition, c’est le mouvement du film.

C’est un film « mouvementé » dans deux sens du terme:

de un, « mouvementé » de par son sujet, de deux, de par son esthétique même : quand les protagonistes sont statiques, la caméra bouge. Quand la caméra est statique, les protagonistes sont en mouvement… de là dégage un certain rythme, qui n’est pas tant éloigné de ce dont a besoin un accompagnateur de danse…

La Cantique à Sainte Jeanne d’ Arc de Monseigneur Foucault et l’ hymne A l’ étendard, paroles de Monseigneur Vié, musique de Marcel Laurent, qui accompagne la fête touts les 7 Mai à Orléans, seront ajoutés à ce travail.

Je dédie ce travail à David Robinson, à Henri de Villiers (Maître de Chapelle de Saint-Eugène Sainte Cécile à Paris), et à tous mes amis d’ Orléans où j’ai fais mes années de conservatoire de musique.

Just wonderful, les Films en Concert, Festival à Lambersart

Les Films en Concert, Festival à Lambersart présente une journée pédagogique exceptionnelle, ouverte à tout public présenté par Alexis Descharmes.

LE VIOLONCELLE AU CINEMA

Dès 1907, le violoncelle a son premier rôle dans l’Histoire du Cinéma, avec un court-métrage muet intitulé « Premier Prix de Violoncelle ». Dès lors, le cinéma va connaître un siècle d’images animées représentant des musiciens en général et des violoncellistes en particulier. Au cours de cette conférence, destinée à tous publics, on découvrira les différents aspects évoqués par cet instrument, du violoncelle bourgeois au violoncelle poète, en passant par les thèmes de la comédie, de l’érotisme et de la mort. Films muets, films parlants, anciens ou récents, à travers un répertoire musical divers Alexis Descharmes nous emmène d’un univers à l’autre, au fil des nombreux extraits qu’il a choisi de nous montrer pour ponctuer son discours.

Jeudi 2 Février, 14h, Salle André Malraux, place Félix Clouët des Pesruches, 45000 Lambersart.

Suivi du film Séraphin ou les jambes nues de Louis Feuillade (1921), accompagné au piano par Touve R.Ratovondrahety

 

 

Interview de Touve par Anne Bourgeois

Touve R. Ratovondrahety, un créatif qui n’a pas de frontière.
Touve R. Ratovondrahety, pianiste, organiste, compositeur , est créateur et Directeur artistique des Films en Concert, Festival à Lambersart, Nord-France

 

 

A.B. :Vous êtes avant tout musicien ?

T.R. : Oui. Un travail intime se fait avec l’envie de s’exprimer avec la culture occidentale sans renier une culture propre, bien ancrée d’origine malgache. Cela devient une seconde nature: l’ esprit reste le même que cela soit en donnant des concerts de musique classique, soit en accompagnant des pièces de théâtres (tournée européenne de 5 mois avec Jacques Weber), ou même en jouant ou composant pour des cérémonies religieuses, des défilés de haute couture et des publicités. Cela se reflète surtout dans le choix des concerts de Hot Piano Fantasies: la musique n’a plus de frontière du classique à la musique ethnique en passant par le blues ou le rythme espagnole.

A.B. :Comment en êtes vous arrivé à créer à Lambersart un festival de musiques de films muets ?

T.R. : Une passion immodérée de films muets et de son accompagnement musical. Les festivals ne manquent pas dans le monde entier. Celui de Lambersart est l’unique dans le Nord et le troisième pour toute la France!

Il s’ appelle LES FILMS EN CONCERT car il y a vraiment un souci de qualité musicale. Nous sommes parrainé par David Robinson, directeur du plus grand festival de film muet au monde, la Giornate del Cinema Muto de Pordenone en Italie. Il m’invite depuis plusieurs années à faire des records, genre accompagner un film de 3h15 (Carmen de J.Feyder) à partir des thèmes espagnoles de Hernesto Halffter, ou bien filer 250 pages de musique solo au piano, écrite par Henri Rabeaud qui dure 2h15 pour le film historique Le Miracle des Loups de Rymond Bernard.
Il est certain qu’on a envie de partager cet engouement avec ses proches, d’où l’idée de le faire aussi à Lambersart.

Le concept lambersarois est de brasser (ne pas manquer cette année le film « Les inconvénients de la bière », très comique) dans le même tonneau des musiciens de très haut niveau international (on aura 19 cette année) avec nos musiciens qui travaillent dans des ateliers associatifs: Lambersart est très buzzée sur la vie associative.

Pour la première édition 2011, l’association Jazz Again et l’école de danse du Canon d’or d’Anne- Marie Lemoine étaient de la fête.

Pour 2012, j’ai fait des arrangements pour faire participer l’ Ecole de Musique Agemlam, les ateliers de piano, flutes et guitare du Canon d’Or. Aux côtés de 2 grandes créations pour le Movie Brass Band et l’ Orchestre de Flute Français, le professeur de piano du Canon d’or, Thibault Guillemin n’a pas non plus rechigné sur sa plume pour écrire pour les élèves pour le film (la bière) cité plus haut.

Du 2 au 5 Fevrier 2012, les Films en Concert 2012, c’est 25 films, 1 spectacle musical, 3 journées pédagogique, 1 conférence et…. des goûters et des apéros!!!

Un festival, c’est une fête…tout en musique. Notre chef d’ orchestre? C’est le film!

Enfin, tout cela est la suite d’un parcours naturel né d’une amitié dont le berceau est à l’Eglise Notre Dame de Fatima, il fût un 1987.

A.B.: Dans la vie qu’est ce qui vous rend heureux?

T.R. : Se lever à 4h du matin pour composer de la musique qui va être interprétée les semaines suivantes. Le must, je le fais chaque année 10 jours en hiver à Venise. Par ailleurs, équilibrer le travail à l’ Opéra, à l’ Église, les concerts, les voyages et l’administration de mon entreprise de production avec beaucoup de séances de méditations et de sports. Quand tout cela est bien harmonisé, le bonheur est à son comble ce qui permet de s’ouvrir encore plus aux autres. Il est alors presque parfait.

A.B. : Qu’est ce qui vous met en colère?

T.R. : L’ incohérence, le manque de sincérité et d’intégrité, la fourberie et l’injustice. Mais le bel exercice c’est de ne jamais se mettre en colère. C’est faisable si on s’exerce à aimer, tout simplement.

A.B. : Qu’est ce qui vous donne des raisons d’espérer?

T.R. : Le BEAU. Et ce à tout niveau, depuis les artisans de saucisses basques (ne pas manquer le film « La course à la saucisse » rythmé par les percussionnistes de l’école) jusqu’à la production du luxe. Le BEAU peut sauver le monde. Et le beau n’est pas une chose non accessible. Il suffit de regarder une fleur, un arbre ou un lapin blanc. Je ne comprends pas pourquoi il y a une industrie de l’horreur, de la peur et du laid!

 

Touve’s new creation

Touve’s new creation: for the silent movie « BE MY WIFE » of MAX LINDER (Lobster films), a new score for Brass Band is created by Touve R.Ratovondrahety. An exciting music which will be performed by 2 trumpets, 2 trombones, and 1 tuba. These instruments will played by excellent high level musicians from the Orchestre de la Police National, and conducted by Raphaël Gouthiere. The performance will be settled the February, 5th, 2012, at the Salle Andre Malraux , 59130, Lambersart (tgv Lille) during the festival, FILMS EN CONCERT

20120104-231019.jpg

20120104-231100.jpg

Seconde Édition des Films en Concert, Lambersart Nord Pas de Calais

Pour les amateurs de cinéma qui ne manquent pas d’aimer la musique: les Films en Concert est un Festival de Film muet où un soin particulier est porté sur les accompagnements musicaux.
Cette année 2012 : 25 films, 1 spectacle musical, 3 journées pédagogiques et 1 conférence.

Rendez-vous les 2, 3, 4, 5 Février 2012 à Lambersart. (59), Gare TGV LILLE

Avec 19 artistes de haut-niveaux qui vont laisser aussi de la place à des groupes musicaux scolaires et amateurs. 2 nouvelles créations pour Brass Band et Orchestre de Flûtes se côtoient avec des arrangements des Motion Picture Moods (1892).

L’ensemble, signé Touve R.Ratovondrahety, directeur artistique du Festival.