Rester un musicien évéillé derrière les barres…

le site https://www.pianoclassballet.com est mon site dédié à l’accompagnement musical des Cours de danse classique.

 

Salut à vous tous et pardonnez-moi car je ne sais même pas sur quelle page atterrira cet article : je ne sais pas pourquoi j’ ai TROIS pages de FB… Je n’ en demande pas tant. 

 

Surtout, bonne rentrée à vous tous, chacun dans vos domaines et je vous souhaite le boost de vos passions que cela soit au travail, que cela soit dans les hobbies.

 

Nous avons eu 5 semaines off à l’ Opéra de Paris. Je ne suis pas “parti en vacances” en gardant mes responsabilités comme Organiste et surtout je voulais consacrer du temps pour étudier mon nouveau système de M.A.O. (musique assistée par ordinateur) pour l’ appliquer dans mes nouvelles compositions, et ce, avec mes projets avec le réalisateur Thomas Grascoeur et un projet personnel qui va me prendre peut-être toute l’ année.

 

Mais revenons à nos danses…

 

J’ avais assez peur de cette “reprise” à cause du “changement d’ énergie” et surtout je ne sais quel effet aura ces “rumeurs” à quatre sous circulant autour de la compagnie l’ année dernière.

 

Ici, je parle de la musique et de l’ accompagnement des Cours de Danse au sein du Ballet.

 

Et vous savez-quoi?

 

CETTE RENTREE EST SUPERBE POUR MOI.

 

Car moi-même, j’ ai changé.

 

Je reconnais mon défaut éternel sur le sujet que “je ne joue pas le répertoire”. C’ est une rengaine mais qui ne m’ empêche pas de faire au mieux mon travail.

Cela étant, je “fatiguais” très vite l’ année dernière à force de vouloir être toujours “sur la créativité”.

 

Sincèrement, c’ est du pur égo. J’ ai eu un échange avec Mathieu Ganio sur le sujet et sur le ton de la blague, j’ étais en train de me demander si ce ne serait pas moins fatiguant pour moi si je ne jouais que du répertoire, et… basta. Mathieu, il ma dit que ce serait un BON compromis.

 

Cela a muri cet été et vous savez quoi? A cette rentrée, je viens de changer mon fusil d’épaule aux cours. 

Je viens de faire une série de 11 cours pour cette rentrée où à chaque fois je me suis éclaté comme un enfant!!!

 

C’ est tout simple : j’ ai “simplifié” toutes mes musiques. En terme de danse, vous dîtes “faire des musiques carrées”. En plus, Aurélie Dupont nous l’avait réclamé et nous demande de ne pas trop rentrer dans nos délires car cela perturbe la concentration du danseur.

 

En terme musical, nous disons : faire de la “tonique/dominante” et même je fais usage des “pédales de dominante” ou des “pédales de tonique”. On utilise que les 3 degrés de la musique (I, IV et V avec le V/I dite” la cadence parfaite”. Heureusement que j’ai une certaine facilité de transposition dans tous les tons et la notion des tons relatifs car sinon… bonjour vos oreilles (de la monotonie que cela peut engendrer).

 

En gros, sans vraiment faire du répertoire, je me rapproche du style de ma collègue Christine Clément, une femme très robuste et efficace, pour qui j’ai beaucoup de reconnaissance car elle m’a filé beaucoup de partitions très pratiques, mais je fais attention à garder une certaine fraîcheur et quelque chose de joyeuse, étant moi-même un gai luron.

 

Par ailleurs, j’avais toujours eu “la haine” contre ces “changements de tempo” au cours des mêmes exercices. Mais je viens de trouver la clé : il “suffit” de jouer dans un style un peu “cliché de ballet romantique” et le tour est.. joué!!!

 

Enfin, une chose reste ancrée dans mon esprit quand Mathieu GANIO m’ a dit un jour “Touve, tu ne respires pas..”. Très curieuse comme réflexion pour moi, car j’ ai l’ impression de le faire tout naturellement.

 

Or, en avril,  j’ai passé 2 jours extraordinaires à Rome pour un concert privé où j’ai travaillé avec la star violoniste Nemanja Radulovic. Il a accepté qu’on joue Czardas à “ma” manière (c’est à dire entre le jazz et le malgache (et non pas “entre le jazz et la java 🙂 . 

 

Sauf que, à certains passages ils m’a demandé de faire d’une certaine manière dont j’ai eu beaucoup de mal.

Alors, il m’a dit.. en dansant.. : c’est un “truc de danse  tzigane”. Et là… et alors là.. Les réflexions de Mathieu Ganio mes sont revenues à l’ esprit et il me semble que j’ ai compris le truc.

 

En terme musical, c’est presque un ajout de “valeur ajoutée” en fin de phrase musicale. Si c’est mal fait, la musique est “saucissonnée”. Si c’est bien fait, la musique… respire tout simplement.

 

Alors là, ayant compris tout cela, je vous assure.. je prends mon pied en accompagnant les cours en ce moment à défaut de déposer mes jambes à la barre.