Ballet Paris Opera Class avec Touve

Comment un peu de culot peut nous sauver la Vie entière.

www.pianoballetclass.com

Je m’ adresse au milieu de la Danse Classique mais, je vous en prie, si jamais vous connaissez des pianistes, quoique cela soit leur ambition dans le métier, PARTAGEZ ces histoires. 

Si on a le maximum de musiciens qui s’intéressent à “nos histoires de Danseurs”, plus on aura la chance d’ avoir des pianistes accompagnateurs engagés, qui aiment ce métier, et cela fera monter le niveau de tout le monde, alors des Conservatoires et Ecoles de Danse dans les Départements loin des métropoles pourraient avoir des pianistes accompagnateurs de talent.

Alors, voilà une petite histoire, une histoire de CULOT.

Je vous ai raconté dans ma première vidéo, que pour rester “pianiste remplaçant du Ballet de l’ Opéra de Paris”, j’ai dû passer un Concours chaque année, cela durant 6 ans,  avant l’ouverture d’un poste titulaire .

A mon premier Concours, j’allais avoir la honte sans le secours d’une idée flash d’une grande Danseuse Etoile, une artiste de référence (c’ est elle qui possède les droits du Ballet “Etude, de Harald Lander”. 

Son nom est Josette Amiel à qui je dois beaucoup : sans elle, je ne serais pas resté longtemps à l’ Opéra. 

Tout en m’enseignant les bases, elle m’a toujours défendu. MERCI, Josette Amiel

Voici l’ histoire de ce premier Concours :

Il fallait donc accompagner une Classe, puis “jouer un morceau de Piano”. 

Et l’ aubaine, c’est que ce morceau n’ était pas un morceau imposé pour cette-fois là.

Or, vous savez que je n’ai jamais fait d’ étude de Piano. 

J’ étais en Conservatoire d’ Orgue. La technique du Piano est complètement différente de celle de  l’ Orgue. 

Pour ainsi dire : je n’avais pas beaucoup les moyens “physiques” de m’ épancher devant un clavier de 88 notes, de 7 octaves et de 3 notes.

En Orgue, on peut avoir plusieurs claviers superposés, mais seulement avec 4 (quatre!) octaves et 4 à 5 notes en plus selon les orgues: les épaules et les coudes sont souvent serrés au tronc du corps. Le corps est étriqué.

Au piano, on peut rester très grand ouvert, avec les bras à la seconde d’une façon très exagérée. 

Disons, j’avais vite le vertige devant un clavier de Piano.

Ok, quand j’ étais plus jeune, à Madagascar, j’aimais beaucoup déjà Chopin, alors je faisais mes arrangements sur notre Harmonium à 2 Claviers et un Pédalier (comme un Orgue): ce sont des versions qui me paraissaient périlleuses  à présenter à ‘ Opéra de Paris.

Alors, j’ ai cherché dans le répertoire du Ballet, et j’ai trouvé une merveille : une musique de Edouard Lalo, LA SIESTE, du Ballet Suite en Blanc de Serge Lifar.

En gros, la partition était fichue n’une manière qui m’ arrangeait beaucoup : à la main gauche on avait quelques notes, toujours avec le même rythme, assez statique, très sécurisant : cela ne change pas beaucoup. 

A la main droite ,  une jolie mélodie qui se répétait tout le temps…. enfin, c’est assez monotone, assez soporiphique qui invite vraiment à une très bonne sieste.

Sauf qu’il s’est passé une chose d’ extraordinaire pendant mon passage à ce Concours.

Après m’ être pas mal défendu pour l’ accompagnement de la Classe, ces honorables jurys s’ apprêtaient à écouter mon “morceau choisi de Piano”.

Avec beaucoup de Foi, j’ ai entamé ma Sieste..

Je n’ai pas fait huit mesures et : DRIIIIIIIIIIING! Le Chef de Chant de l’ époque, Monsieur Dardanelle, a sonné la cloche en me criant dessus : 

-“MOOOOSSSIEUUUR! Vous ne pouvez pas nous jouer autre chose qu’une musique de Ballet?”

-“………” (je suis tétanisé)

Et là, mon Ange intervient, Josette Amiel se lève et dit

– “Monsieur Touvéééééé! (c’est bizarre, c’est la seule personne au monde qui m’appelle comme ça), Monsieur Touvé, vous qui jouez dans les Eglises, jouez nous du Bach!”

Sauf que : ok, j’ en connaissais un peu mais c’ étaient les “Chorals du Petit Livre d’ Orgue (Orgelbüchlein) que de la même manière, je jouais à Madagascar sur notre Harmonium de fortune.

Et, là, après l’ Ange, c’ était la Voix du CULOT qui m’a interpellé.

J’ ai respiré, et sans vergogne, j’ai commencé à  à arranger, à composer une espèce de soupe à la Bach inspiré d’une de ces  Chorals. 

Ces Chorals font 2 à 3mn, j’ en ai fait une Fantaisie de 10mn, à l’aise, le doigt dans le nez.

Et sachez : personne n’y a vu que du feu et J’ AI EU MON CONCOURS! Oui.

Alors voilà, dans tout ce qu’on fait, il semble que si l’on y croit vraiment, les choses deviennent réelles.

Mais sans mon Ange, Josette Amiel, je n’aurai pas pu aller plus loin  🙂

Bien à Vous.

#balletclass

#musiquededanse

#balletdancers

#balletdancer

#pianoballetclass

#ecolededanse

#artisteduballet

#classicaldance

#musicforballetclass

#balletschool

#operadeparis

#parisopera

#balletteacher

#balletscholarship

#ballet

#balleto

#ballets

#balletlover

#balletlovers

#balletinspiration

#balletstudio

#classicalballet

#balletdance

#parisoperaballet

#piano

#pianiste

#orgue

#organiste

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s